095

SALLE DE PERCUSSION POUR L’ACADEMIE DE MUSIQUE D’ATH

7800 ATH
Durée : 2017
Localisation : 7800 ATH
Maître-d’ouvrage : Ville d'Ath
Architecture : H&V
Stabilité :
  • be Adam
Acoustique :
  • Room’s Acoustics
Programme :

ACADEMIE DE MUSIQUE – CONSTRUCTION D’UNE SALLE DE PERCUSSION

Surface : 160 m²
Statut : A réaliser

Dans sa détermination urbanistique, la Ville d’Ath a su régulièrement allier un soin permanent dans la préservation de son patrimoine avec des gestes d’architecture clairement contemporains.
En l’occurrence, début des années 90’, le programme de l’académie de musique a fait l’objet d’une rénovation assez heureuse de l’ensemble bâti sur la cour du 55, rue de Pintamont.
Aujourd’hui, les besoins pédagogiques liés à une amélioration de fonctionnement notamment par la composition d’un espace dédié aux percussions questionne cette institution athoise.
Aucun lien physique n’étant réclamé, nous proposons d’intervenir stratégiquement au sein de la cour, sous la forme d’un objet singulier et attractif, signal d’un nouveau potentiel d’urbanité. Singulier certes mais connecté car nous choisissons d’articuler cette proposition à la conservation du mur d’enceinte historique, formant ainsi un projet interface entre lieu pédagogique et séquence urbaine d’entrée en ville. En effet, ce positionnement adossé sur la limite ne compromet en rien la valeur d’usage mais la décuple au contraire car la nouvelle salle pourrait devenir scène possible ouverte vers la cour privative, signalée et désormais accessible depuis la promenade Roi Baudoin, devenant elle-même pourquoi pas support privilégié d’expressions plus musicales.
D’autre part, il s’agit d’un programme lié à l’exercice des percussions, et plus largement aux apprentissages de la musique et de l’art de la parole. Son expression mérite donc l’élancement nécessaire au déploiement d’un volume acoustiquement correct qui s’inscrira dans une typologie dynamique mais intégrée aux silhouettes athoises. Elle serait toute d’ardoises revêtue.
Entre l’aile ouest existante et la nouvelle salle, apparait un entre-deux que nous envisageons de traiter en bande paysagère, tel un petit jardin clos et graphique, attendant quelqu’heureux vis -à-vis entre instruments.
Soit une série d’interventions intégrées mais affirmant clairement l’identité contemporaine de ce nouvel épisode dans la vie de l’académie de musique.