062

SILEX’S

7032 Spiennes
Durée : 2010-2015
Localisation : 7032 Spiennes
Maître-d’ouvrage : Ville de Mons
Architecture : H&V
Stabilité :
  • be Greisch
Scenographie :
  • EO Design
Signaletique :
  • EO Design
Programme :

Valorisation d’un patrimoine mondial «Les minières néolithiques de Spiennes»

Surface : 840 m²
Budget : 1.240.000_HTVA
Statut : Réalisé

Aujourd’hui reconnues patrimoine mondial par l’Unesco, les Minières Néolithiques de Spiennes mettent dans l’actualité culturelle régionale le champ discret, voire invisible, mais extrêmement pointu du monde archéologique. Par diagnostic, l’étendue du domaine et sa diversité interpelle d’abord un regard quasi géographique. Les objectifs de valorisation installent donc un scénario au sein duquel il est question essentiellement de diffusion, d’amener le public vers ce centre d’intérêt patrimonial et vice et versa, de communiquer cette connaissance dans l’espace public partagé (able). Stratégiquement, en écho au centre scientifique du champ à cailloux, le site des minières joue un rôle générateur au sein de la programmation. L’idée générique de leur valorisation devient celle d’un pavillon qui tracerait littéralement un périmètre primitif de protection dans lequel le public quitte un sol appartenant aux archéologues, l’observe, le comprend et n’y pénètre plus que dans un comportement mesuré. Sur la pente des prairies archéologiques répertoriées et porteuses de nombreux stigmates circulaires émerge ainsi un signal, sans ‘façade’ prioritaire, sinon qu’un auvent qui en désigne l’accès. Tandis qu’une structure légère toute d’acier galvanisé trame la zone, une première peau de mailles ajourées, elles aussi d’acier, la définit et la protège : le regard passe, pas la main. Une seconde enveloppe en polycarbonate, légère et transparente l’isole du climat extérieur. Une lumière naturelle constante filtre sur toute la périphérie, des percements zénithaux circulaires procurent une lumière plus concentrée sur les Minières, comme des spots naturels. Un fut vertical s’élance à l’aplomb du puits 53.2.et traduit dans son amplitude la profondeur de la descente physique qui s’annonce. Il y règne là aussi une lumière naturelle zénithale. Intérieurement, le sol naturel existant est préservé ; la situation des fouilles évoluera au rythme de la temporalité archéologique. Sur pilotis, semblant flotter, les fonctions accueil-shop-expos et les déplacements du public dans la scénographie didactique se superposent au lieu comme une couche de lecture contemporaine, tramée et minimale. Concernant les cheminements vers le pavillon, une série d’aménagements sont prévus pour améliorer les conditions d’accessibilité : sur le réseau viaire, venant de partout, les parcours mènent en dernière séquence au NW sur le chemin vicinal R29 qui loge à discrétion un micro parking pour PMR et propose une trajectoire relativement confortable profitant de vues panoramiques sur Mons et sur Spiennes. Au niveau piétonnier, le cadre de la rue de Nouvelles bien connue par les adeptes du tourisme vert s’annonce comme le meilleur support car elle lie calmement les localités de Spiennes et Nouvelles via le charme de la micro vallée de la Trouille. S’appuyant sur cette séquence centrale, un accès au site, plus sportif, est donc envisagé au SE grâce à la mise en place d’un escalier à l’endroit où les talutages s’avèrent les plus praticables. Cela assoit l’idée toute simple que l’on accède au site archéologique par le haut, coté du chemin R29 ou par le bas, coté rivière, par la lecture du relief.