088

TOIT&MOI

7011 GHLIN
Durée : 2015
Localisation : 7011 GHLIN
Maître-d’ouvrage : TOIT&MOI
Architecture : H&V
Stabilité :
  • be Greisch
Paysagisme :
  • Cedric Desmarets
Techniques spéciales :
  • be Greisch
Acoustique :
  • ATS
Signaletique :
  • Ex-nihilo
Programme :

Mission d'étude et de suivi de l'exécution des travaux de construction d'un nouveau siège administratif et technique

Surface : 2.400 m²
Budget : 3.410.000_HTVA
Statut : Appel d'offre - Shortlisté

CONTINUITE et HYPERLOCALISATION

Le contexte de la Cité du Festinoy se reconnaît bien comme figure emblématique au sein de l’héritage des grands ensembles situés en agglomération montoise. C’est dans la lecture de ses alignements réguliers, alternant bâti et non bâti, que s’est installée notre première approche.

A la recherche d’une intégration cohérente à l’échelle de ce quartier de logements, les accessibilités et les aménagements nous semblent tout d’abord pouvoir se réfléchir par séquences, entre la rue des Géraniums et la rue des Pivoines, qui toutes 2 irriguent concrètement l’implantation.

Au centre de ce périmètre élargi, la grande ouverture paysagée, support d’équipements collectifs, serait tout d’abord intégralement préservée en tant que jardin équipé (I) partageable et prescrite comme intouchable.

Au sud, par continuité, l’accotement de la rue des Edelweiss pourrait être équipée d’une bande de 30 emplacements percolants (II) réservables pour les besoins complémentaires en parkings personnel et visiteurs. En extrémité nord, connecté le plus directement à la voirie, viendrait se poser un carré lui aussi percolant pour 30 véhicules utilitaires qui nécessitent quant à eux, selon nous, protections physique et visuelle.

C’est le déplacement et la réutilisation intégrale in situ des 3000m³ de terres de l’étrange cirque végétal existant qui façonneraient alors une série de mini-collines au sud et les talus paysagers d’un enclos sécurisé au nord (III). Une série de massifs d’arbustes et de tapis végétaux, petits frères de la forme pavée en amande qui se remarque au centre de l’implantation, accompagneraient ces mouvements de relief et serviraient de limites douces.

A noter que les belles haies le long de l’avenue du Millénaire sont toutes conservées ainsi que la grande majorité des arbres en place, excepté en proue nord-est. Un remembrement est dès lors proposé. Une expertise sanitaire plus poussée devra être menée pour l’entretien à long terme des beaux sujets tel le grand saule.

Un environnement complet et attentif se composerait ainsi corps à corps avec l’existant. Très symboliquement, les venelles, intégralement préservées dans leurs tracés, sont le lien d’articulation piétonne entre les logements : c’est tout naturellement qu’elles vont mener jusqu’aux portes d’entrée de Toit & Moi.

DISCRETION ET ECONOMIE

Toutes ces précautions à l’échelle du quartier, guidées par l’économie de moyens et la discrétion à l’égard des immeubles voisins, mèneraient donc à cibler un cœur bâtissable dont les limites respectent toutes les aires collectives aménagées déjà en place, maintiennent des reculs généreux par rapport aux logements et s’adaptent dans la continuité directe du réseau des flux existants.

Le programme fait quant à lui apparaître 3 grands statuts d’espaces comprenant primo des bureaux + réunions + espaces collectifs +accueil, ensuite des magasins +ateliers, enfin des zones de stockages + déchets.

Ces fonctions peuvent se traduire par familles aux besoins différents en termes d’équipements et de confort mais aussi en termes d’accessibilité ou non à des visiteurs.

Plus sensiblement, il émane des premières rencontres avec Toit & Moi un fort désir de pouvoir s’installer dans un lieu qui permette une grande convivialité entre tous les départements qui vont se trouver regroupés grâce au projet.

A la convergence de ces données programmatiques, nous proposons une composition basée sur une centralité et une compacité maximale, principes qui nous semblent les plus capables de lier qualité spatiale, rationalité fonctionnelle et performance. Pour nourrir généreusement le cœur de ce concept, un patio se définit rapidement comme générateur de lumière, de vues croisées, d’appartenance commune, il nous apparaît également souhaitable de rester en R+1 afin de réunir plutôt que de séparer à nouveau et d’éviter tout rapport de force mal venu avec les volumes des logements.

SOBRIETE

Les configurations spatiales que nous proposons se développeraient avec générosité mais sans emphase, soit un projet qui tend à offrir le plus de m² possibles dans l’enveloppe budgétaire fermée. Basée sur une organisation tramée, un projet support, simple et compact, peut s’installer en évitant toute démesure structurelle.

Une coursive, tour à tour pare soleil, support de végétation, temps de pose, fuite possible, parcours de maintenance, cumule les fonctions au-delà de sa force architectonique.

Soit une expression proposant à Toit & Moi une image explicite, intégrée à la cité sociale du Festinoy, anti blink blink, et faite pour durer .

Projet non retenu car jugé séparateur et inexpressif…