098

SOLIDARIS

7700 Mouscron
Durée : 2018
Localisation : 7700 Mouscron
Maître-d’ouvrage : Maison de la solidarité de Wallonie Picarde ASBL
Architecture : H&V Architecture
Programme :

Démolition et construction d'un immeuble mixte et de parking

Surface : 1.235 m²
Budget : /
Statut : En cours

Adossée au bord le plus ouest de la WAPI, tout contre la région flamande et le territoire français, Mouscron est riche d’un passé fortement teinté par ses échanges autour de l’industrie textile du XIXe. Dans son développement urbanistique, la ville a continué à se tisser en incrustant presque naturellement ensembles manufacturiers et tertiaires à son parcellaire de rangées de maisons ouvrières. Cet assemblage un peu hybride caractérise aujourd’hui encore le contexte de la rue du Val tout comme la rue des Fabricants qui bordent l’ilot concerné par la mise en situation du projet de LA MAISON DE LA SOLIDARITÉ.

Plus précisément, il sera question, après quelques démolitions, de faire équilibre de voisinage entre une fonction communautaire logée dans une grande forme plate, presque toute en rez de chaussée, et possédant un bel auvent, et d’autre part, une volumétrie d’angle habitée en rez +2. Outre le repérage de ces traces bâties, d’ouest en est, une fois dépassé une impression de’ tout à la voiture’, on est plutôt surpris de découvrir dans « L’Gardin du Val », la présence foisonnante des potagers collectifs de l’intra-ilot ,tout comme de constater la proximité de très beaux arbres qui s’élancent de l’autre côté de la rue du Val. Soit une relation au végétal réelle et digne d’intérêt.

Sur base de ce premier diagnostic sensible et des souhaits programmatiques énoncés aujourd’hui, notre désir serait celui d’UN PROJET HYPERCONTEXTUEL, dont les intentions s’organiseraient selon un double niveau de lecture :

>UN SITE ENVISAGÉ COMME UN MAILLAGE URBAIN,
faisant lien à part égale avec l’ensemble des ingrédients de l’ilot.
Une composition en bandes perpendiculaires à la rue du Val permettrait en ce sens de gérer les différents flux et accès, de structurer clairement l’espace non bâti mais surtout de fabriquer les conditions d’un environnement minéral certes mais plus ouvert et accueillant .Se présenterait dès lors sur l’espace public une première cohabitation entre :
– une surface de parkings -visiteurs (+/-30 places).
– une empreinte bâtie(+/-575 m²).
– une autre surface de parkings plus privatisable, permettant notamment le ‘stop and go’ pour le matériel du CSD. (+/-30 places).

A l’intérieur de chaque pièce de cette partition, il nous apparaît intéressant qu’un travail paysager complète ensuite chaque moment construit, à la faveur de l’humain et du vivant. Cela pourrait se reconnaître dans :
– un préau pour la salle communautaire dégagé de toute voiture et transformé sobrement en pergola.
– une allée verte traitée dans la prolongation de l’esprit des jardins et accompagnant le visiteur vers la nouvelle porte d’entrée.
– une large plate-bande plantée comme un filtre à l’angle nord et déminéralisant le voisinage le plus dense de l’implantation.

>UN BÂTIMENT EXPRIMÉ COMME UNE FORME FORTE,
Imprégnée des silhouettes mouscronnoises, capable d’affirmer sa mixité en tant que bâtiment de services mais aussi de se faire grande maison accueillante.
6 grandes travées traduiraient cette position et définiraient l’enveloppe contenant un programme réparti très simplement sur 2 niveaux :
– le REZ contiendrait toutes les fonctions accessibles à des visiteurs en installant un rapport très ouvert, tout en transparence. On y est accueilli en partie centrale dans un espace assez fluide. De là, on accède aux guichets de SOLIDARIS et on peut progresser aussi côté jardin vers les rendez-vous et consultations plus confidentiels. Sur la rue s’installerait plutôt le magasin, jouissant ainsi de plus d’autonomie. De même pour les locaux de stockage de matériel géré par le CSD.
– dans la double hauteur du foyer, on trouve également les circulations verticales dont un escalier- rampe assez convivial qui mènerait à un NIVEAU +1 comprenant quant à lui les espaces dédiés aux bureaux et à deux salles de réunion. Celles -ci sont convertibles en une salle de conférence de 100 places assises. On trouverait également sur ce plateau les locaux privatifs pour le personnel et très centralement la cafétéria que nous envisageons avant tout comment un lieu de rencontre, mutualisable notamment les jours d’accueil de grandes réunions.
Toutes ces fonctions s’exprimeraient en façade sous forme de grandes baies-cadres ornant singulièrement la volumétrie rythmée d’un étage que nous proposons sculpté tout en maçonnerie et couvert de sheds.
Cette typologique, au-delà de son intégration explicite aux gabarits présents dans ce quartier de Mouscron, permet de caractériser les grands espaces libres de l’étage et d’intégrer certains équipements techniques par zones de plafonds sélectionnées. Ces versants permettent en outre de développer naturellement une exposition favorable à l’installation possible d’un potentiel de +/- 300 m² de panneaux photovoltaïques.
Il se dégagerait ainsi, à l’aplomb des signaux d’accueil lancés par le rez de chaussée un sentiment de protection, de robustesse mais aussi d’intelligence environnementale, incarnant l’image que nous nous faisons d’une MAISON DE LA SOLIDARITÉ.